Connect with us

SHOWBIZ

Des sociétaires du BURIDA ne décolèrent toujours pas

Publié il y a

on

Temps de lecture : 2 minutes

La maison des artistes de Côte d’Ivoire est toujours secouée par des sempiternelles crises. Ces crises mettent véritablement en mal le bon fonctionnement du BURIDA et surtout la réparation des droits d’auteurs des milliers de sociétaires. Le seul problème pour les nombreux sociétaires du BURIDA, c’est de leur remettre la gestion de leur maison. Un cri de cœur qui sonne comme un appel au gouvernement de Côte d’Ivoire. En sus, Alain Ogou, producteur-réalisateur de films qui est le porte-parole d’un certain nombre de sociétaires du BURIDA souhaite de tout son vœu. ‘’Le BURIDA ne doit pas appartenir à l’Etat, mais aux artistes’’, précise-t-il.

Par ailleurs, c’est l’objectif que des sociétaires du BURIDA réunis ce mercredi 13 octobre au complexe sportif de Koumassi, visent. Depuis le départ de l’ex-directrice générale du BURIDA, Irène Assa Vieira au mois de février 2020 et la mise en place d’un Conseil de Gestion et de Répartition (COGER), au mois de mars 2020, présidé par le journaliste-écrivain, Tiburce Koffi, n’est pas fait pour vraiment arranger les choses. Cette nouvelle direction composée de 5 représentants du gouvernement et 31 sociétaires du BURIDA, ne fait pas également l’affaire de ces sociétaires qui ne décolèrent pas.

Depuis longtemps, le mandat du COGER devait arriver à expiration et voilà que cela a été reconduit encore pour 6 mois. Ce qui n’est pas du goût d’Alain Ogou, Jimmy Danger, El Commandé, Samassi et de nombreux sociétaires qui étaient présents au complexe sportif de Koumassi. Selon le porte-parole, Alain Ogou, après moult consultations avec le Ministère de la culture et de l’industrie des arts et du spectacle, on leur a promis que le mandat du COGER va prendre à la fin du mois de novembre prochain. C’est en quelque sorte un soulagement pour ces sociétaires.

Cependant, à l’unissons, les sociétaires réunis, souhaitent la réconvocation de l’assemblée générale qui a été suspendue et reconnue par les juridictions ivoiriennes. ‘’Nous voulons qu’on convoque à nouveau l’assemblée générale et qu’une nouvelle date soit trouvée les élections pour élire les nouveaux dirigeants du BURIDA’’, souhaite Alain Ogou au nom des sociétaires présents. Par la même occasion, une responsabilité est demandée à tous les sociétaires du BURIDA pour que tous les problèmes qui surgissent dans leur maison cessent définitivement. Parce que tant que le BURIDA n’est pas aux mains des artistes, le droit des nombreux sociétaires ne sera pas entendu. Il y avait à cette rencontre des artistes-comédiens, artistes-chanteurs et des réalisateurs et producteurs de films.

Patrick Bouyé

Continue Reading
CLiquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *