Connect with us

SOCIETE

Le président du CNJCI appelle à l’apaisement de la jeunesse politique et leur demande toute cessation de marche aujourd’hui

Publié il y a

on

Temps de lecture : 4 minutes

Le président du Conseil des Jeunes de Côte d’Ivoire (CNJCI) est conscient du risque que la jeunesse des partis politiques qui projettent une marche ce matin jeudi 13 août. Ainsi en tant que responsable de toutes les organisations de jeunes tant politiques qu’apolitiques ou religieuses, il lance un appel pressant.

Voici l’intégralité du discours de Emmanuel Edima N’Guessan

‘’Depuis quelques temps, nous constatons une levée de ton entre certaines structures de jeunesse politique dans notre pays, la Côte d’Ivoire.

En effet, l’annonce de la candidature du président de de la République SEM ALASSANE OUATTARA suscite des réactions dans la classe politique.

D’aucuns estiment qu’il  n’est pas éligible là ou d’autres par contre, soutiennent que la nouvelle constitution le lui permet.

Se faisant, certains jeunes se sont fait le relai très violant de ce débat jusqu’à vouloir dépasser les limites.

Ainsi, les jeunes de l’opposition appellent à une marche ce jeudi 13 août 2020 pour exprimer leur opposition à cette annonce de candidature.

De l’autre côté, on apprend que la jeunesse du parti au pouvoir projette elle aussi ce même jour une grande marche pour dit-elle se réjouir et soutenir son candidat.

Devant ces prises de positions radicales des jeunesses des partis politiques , dont la résultante pourrait entrainer certains actes de violence de nature à causer un énorme préjudice à la société de façon générale et à l’ensemble des jeunes de Côte d’Ivoire de façon particulière, cette jeunesse pour qui d’ailleurs la paix est une denrée inestimable .

Au regard de la menace que constituerait ces marches en cette période aussi sensible pour notre pays,

Considérant les souvenirs traumatisants des tragiques évènements que notre pays a connus pendant la période postélectorale de 2010,

Nous, Conseil National des Jeunes de  Côte d’Ivoire, faîtière de toutes les organisations de jeunesses civiles, religieuses, politiques …

Recommandons à l’ensemble des leaders politiques de notre pays de faire prévaloir les actions allant dans le sens de la préservation de l’unité, de la paix et de la cohésion sociale.

Aux leaders des jeunesses politiques, nous demandons de tout mettre en œuvre afin d’éviter que notre pays replonge dans ces tristes souvenirs qui lui rappellent ces moments sombres de son passé.

Notre pays la Côte d’Ivoire a longtemps souffert de l’extrémisme et de l’égoïsme de certains de ces leaders politiques et c’est toujours les jeunes qui en paient le lourd tribut pendant que les enfants des responsables qui nous encouragent à prendre la rue sont soit en lieu sûr, soit à l’abri souvent fois hors du pays.

Nous savons tous que la paix est une condition indispensable à la résolution des problèmes que rencontre notre jeunesse au quotidien.

En effet, sans paix, il n’y a pas de création d’emploi, de financement de projet, d’accès à l’éducation et à la formation, de création d’entreprise…

C’est donc pour préserver cet écosystème qui nous est bien plus favorable que nous, jeunes de Côte d’Ivoire devront rechercher la paix et là à tous les prix en refusant justement d’être des instruments de violence politiques et des béquilles sur lesquels certains hommes politiques égoïstes s’appuient pour atteindre leur propre objectifs.

Nous proposons au sujet de notre actualité politique que certaines questions juridiques soient laissées à l’appréciation des spécialistes en la matière et que chaque jeune travaille de façon légitime à rallier à sa cause la majorité de ses camarades jeunes afin de donner la victoire à son camp au soir du 31 Octobre 2020. Toutes autres démarches qui tendent à saper la cohésion et la paix sociale sera dénoncée par la jeunesse de Côte d’Ivoire de façon claire et directe qu’elle qu’en soit les acteurs. L’expression politique de chaque jeune qui est d’ailleurs très encouragée par le CNJCI  doit être de qualité et ne devrait pas être  source de désordre national. Souvenons-nous chers amis jeunes des victimes de 2011. Ces victimes, elles sont majoritairement composées de jeunes et jusqu’au jour d’aujourd’hui, personne n’est capable de nous dire quels sont ceux qui en sont les auteurs. Il n’est pas encore tard chers amis de nous ressaisir et de penser à notre pays et surtout à nos propres situation même si chacun a le droit d’exprimer sa position politique.

En tout état de cause, la Côte d’Ivoire étant un pays de droit, le droit nous indique des voies de recours exploitables pour exprimer nosdésaccords surtout juridiques.

Il serait donc plus opportun pour notre génération qui aspire à plus de démocratie et de justice de s’y conformer afin de garantir la quiétude sociale et préserver les acquis de notre développement amorcé.

Nous appelons donc l’ensemble de la jeunesse Ivoirienne et plus singulièrement la jeunesse politique a plus de retenue et de responsabilité car la jeunesse ivoirienne aspire à vivre en paix et dans la paix afin de mettre son génie au service de la mère patrie.

En définitive, le CNJCI demande à toutes les parties, de surseoir aux différents projets de marche non autorisée qui pourrait faire beaucoup plus de mal à notre pays.

Le CNJCI, invite avec insistance, les autorités ivoiriennes, à tout mettre en œuvre pour garantir aux jeunes de Côte d’Ivoire un climat de sérénité leur permettant de contribuer, par leur propre réalisation de soi à l’œuvre de construction nationale, une, indivisible et prospère.

JEUNES DE CÔTE D’IVOIRE ? NE SOYONS PLUS LES SACRIFIES DES TEMPS NOUVEAUX, PENSONS à NOUS MEME ET A NOS FAMILLES ! Dieu bénisse la Côte d’Ivoire, notre seul et beau pays !’’

                                              FAIT A ABIDJAN LE 12/08/2020

                                         POUR LE CONSEIL NATIONAL DES JEUNES DE COTE D’IVOIRE

                                          LE PRESIDENT EDIMA N’GUESSAN EMMANUEL