Connect with us

SOCIETE

Le sacré meilleur promoteur de développement local Nov’Afrique se nomme Tambla Vagbama

Publié il y a

on

Temps de lecture : 2 minutes

Depuis maintenant sept éditions, l’ONG international Nov’Afrique honore des meilleurs travailleurs de l’Afrique et particulièrement ceux de la Côte d’Ivoire. C’est un sacerdoce pour le président de l’ONG, Célestin Boudoux et son équipe de consacrer des personnes. Une fois de plus, Nov’Afrique a invité le vendredi 2 octobre dernier à l’hôtel Ivotel au Plateau, des hommes et des femmes de Côte d’Ivoire qui font la fierté du pays de par leur action de développement local. Parmi ces acteurs de développement, on compte en bonne place Tambla Vagbama, administrateur financier du ministère des Sports et par ailleurs président du Conseil d’administration de la mutuelle de développement du Béré (Mudem-Béré).

A la tête de cette mutuelle, la structure Nov’Afrique observe depuis des années le travail que Tambla Vagbama accomplit pour sa région. Il était tout à fait opportun de décerner le prix du meilleur promoteur de développement local. Une grande joie illuminait le visage du président de la Mudem-Béré. ‘’Je dédie cette distinction aux femmes du monde entier. Je le dédie également à ma mère, à mon épouse et à toute la population du Béré et surtout à la presse et à  Nov’Afrique  qui reconnait le travail bien fait. J’ai décidé de faire du partage mon quotidien.  En 1975, j’ai mis en place avec des amis l’association des élèves et étudiants de Mankono. Où nous partagions les expériences’’, souligne-t-il tout heureux. Avant de poursuivre : ‘’A Mankono, j’ai fait des forages, je m’attaque aux problèmes de scolarité des élèves etc. Avec mon équipe, nous partageons des kits scolaires chaque année aux élèves. Nous sommes comblés aujourd’hui que Nov’Afrique reconnaisse notre mérite. Cela nous donne un sens à notre vie. Nous devrons prier pour la paix dans notre pays. Au moins penser développement et amour. C’est pourquoi dans tous les livres saints on dit que Dieu est amour. Nous devrons prier pour la paix dans notre pays. Au moins penser développement et amour. C’est pourquoi dans tous les livres saints on dit que Dieu est amour’’.

Selon le directeur financier, cette distinction fait comprendre que ceux qui l’observent depuis des années, savent qu’il est sur la bonne voie. ‘’Nous n’avons donc pas droit à l’erreur’’, dit-il. En outre, le président de la Mudem-Béré s’est réjouit du travail accompli par sa mutuelle il y a des années.

Patrick Bouyé

Continue Reading
CLiquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *