Connect with us

SHOWBIZ

Les artistes ivoiriens en difficulté : Pat Saco lance un cri de cœur

Publié il y a

on

Temps de lecture : 3 minutes

La maladie à Coronavirus continue de faire de nombreuses victimes en Côte d’Ivoire. Et ceux qui payent le lourd tribut cette crise sanitaire mondiale, ce sont surtout les acteurs culturels et les artistes. Avec les mesures prises par le gouvernement ivoirien de fermer les salles de spectacles et de restreindre les rassemblements à au moins 50 personnes, les artistes de Côte d’Ivoire souffrent terriblement. Parce que point d’invitations pour des prestations dans des lieux de loisirs comme bars, maquis, restaurants, etc.

Cloués à la maison, les artistes ivoiriens ne savent pas à quel sain se vouer.  Selon eux, aucunes aides de l’Etat ivoirien sur leur sort. Ils sont livrés à eux-mêmes. Même si certains arrivent à tenir jusqu’à présent, ce n’est pas le cas pour d’autres qui souffrent énormément.

Dans cette situation difficile pour les artistes de Côte d’Ivoire, le lead-vocal du groupe Zouglou, Pat Saco a décidé de lancer un cri de cœur aux autorités ivoiriennes pour qu’elles se penchent sur leur cas. ‘’Je ne sais pas si les gens savent qu’il existe des artistes en Côte d’ivoire, sinon, aujourd’hui nous sommes livrés à notre sort. On ne vit que de nos économies. Malheureusement, ce n’est pas tout le monde qui a des économies. Ceux qui n’ont pas d’économies, vous imaginez leur situation actuellement ?’’, lance-t-il révolté.

Le chanteur Zouglou va plus loin pour ajouter que des artistes sont sur le point d’être expulsés de leur maison, faute de loyer impayé. ‘’La situation devient intenable, ce n’est pas tout, on dit. Sinon il y a des gens parmi nous que des propriétaires de maisons s’apprêtent à vider de leur demeure. Si tu es dans la maison du Monsieur depuis 2 à 3 mois, tu ne payes pas son loyer, il est obligé de t’expulser. C’est chanter qui nous donne l’argent, on dit aujourd’hui, pas de rassemblement de plus de 50 personnes. Alors, qui va prendre le risque de nous inviter pour prester à un événement si lui le promoteur n’a pas l’assurance de gagner pour pouvoir payer ton cachet. Pendant ce temps, on nous parle de 10 Milliards à décaisser pour les acteurs de ce milieu, tout est en projet. On est là, on regarde’’, déplore-t-il.

Le binôme de Valérie ne sait plus où mettre la tête. Parce que des artistes l’ont sollicité pour mener des actions en faveur de leur corporation et interpeller le gouvernement ivoirien. ‘’Des gens sont venus me voir pour me dire Sako, il faut agir. Mais écoutez, ceux qui doivent prendre les devants des choses ne le font pas, vous voulez que je fasse quoi ? Nous on va se plaindre ou ? Nous avons un ministère de tutelle, un comité de Gestion au BURIDA qui existent, que font-ils ? On ne va quand même pas se lever et mener des actions de manière individuelle. On est là, on regarde’’, dénonce-t-il.

Patrick Bouyé