Connect with us

SOCIETE

Les chercheurs de LANADA grognent

Publié il y a

on

Temps de lecture : 2 minutes

La Coordination Nationale des Enseignants du Supérieur et des Chercheurs de Côte d’Ivoire (CNEC) sont très en colère en ce moment. Elle n’est pas surtout en phase avec la directrice du Laboratoire National d’Appui au Développement Agricole(LANADA), Dr Charlotte Amatcha-Lepry. Cette dernière a jugé bon de ne pas reverser les primes de ces chercheurs de ce laboratoire. Sous prétexte que cet institut n’est pas un centre de recherche. Pis la nouvelle direction de LANADA estime que cette décision corrige les erreurs commises par les précédentes directions il y de cela 5 ans.

Au cours d’une conférence de presse tenue le mardi 16 novembre au siège de la CNEC au sein de l’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, les responsables de cette coordination n’ont pas caché leur mécontentement envers la nouvelle directrice de LANADA. Selon leur porte-parole, le professeur Johnson, la première responsable dit des contrevérités. Pour preuve, les chercheurs de LANADA ont brandi deux décrets de 1999 et 2013, portant organisations et attribution de ce laboratoire. Cette situation de refus bloque la partie institutionnelle du dossier de candidature des chercheurs pour le cycle 2020-2021, la délivrance des certificats de prise de service pour les chercheurs admis à la session du Cames du cycle 2019-2020 (avant sa prise de fonction en octobre 2020).

Toutefois, ce refus entraine le non-paiement de la prime de rendement de l’année 2020 à certains chercheurs sans aucun justificatif, le non-paiement de la prime de recherche instituée par le décret 2006-126 du 21 juin 2006 et N°2016174 du 23 mars 2016. Le porte-parole de la CNEC a fait savoir également que cette situation n’a jamais  été vécue depuis 1991, date de la création de cette structure de l’Etat. Par la même occasion, les chercheurs par la voix de leur porte-parole, interpellent le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara pour qu’une solution soit trouvée à cette situation qui les étouffe. Aussi, les portes du Ministère de l’Agriculture et de l’enseignement Supérieur sont restées fermer  aux chercheurs de LANADA.

Patrick Bouyé

Continue Reading
CLiquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *