Connect with us

Musique

Interview/ Mynda Aleeza : ‘’La musique Gospel est le plan et le chemin de Dieu pour ma vie’’

Publié il y a

on

Temps de lecture : 5 minutes

Myriam Coulibaly-N’Dabian alias Mynda Aleeza est une chanteuse chrétienne ivoirienne installée au pays de l’Oncle Sam. De plus en plus régulièrement en Côte d’Ivoire, la chantre a bien voulu offrir à son public ivoirien son nouveau single intitulé ‘’Fais descendre’’. A la fin de son séjour de deux semaines jalonné par des émissions radios et télé, Mynda Aleeza s’est ouverte à nous pour parler de son passage en Côte d’Ivoire, de sa vie et surtout de son projet musical.

-Votre séjour au pays s’est-il bien déroulé ?

Oui ! J’ai passé d’agréables moments en Côte d’Ivoire pendant deux semaines effectivement. Et voilà que mon séjour prend fin ces jours-ci (NDLR : l’interview a eu lieu le lundi 08 mars dernier).

-Quel était l’objet de votre séjour durant deux semaines en Côte d’Ivoire?

Bon, l’objet de ma visite au pays rentre dans le cadre dans la promotion de mon nouveau single baptisé ‘’Fais descendre’’, sorti le lundi 01 mars dernier. Ma structure de production a décidé de me faire venir en Côte d’Ivoire à la demande du public qui veut voir un répertoire en français de moi plutôt en anglais. Ce single est produit exclusivement pour le monde francophone. C’est dans ce cadre-là que j’étais à Abidjan pour la promotion.

-Est-ce une manière pour votre label de mieux vous positionner dans les pays francophones en vous demandant de chanter en français?

Bon, le label a décidé que je fasse des titres en français, parce que le public en demande. C’est vrai que j’ai évolué musicalement aux USA et là-bas je suis plus artiste de louange dans une église américaine. Cette touche Gospel-là m’a amené à faire des compositions musicales en anglais. Aujourd’hui, chanter en français a fait du bien au public. Et cela va leur permettre de bénéficier du talent que Dieu a mis en moi de chanter en français.

-La musique est universelle et chanter dans plusieurs langues n’est pas forcément un frein ?

Oui, j’ai voulu chanter en français, parce qu’il y a un message que Dieu a mis en moi. Et c’est le message de l’espérance que j’essaye de transmettre à la jeunesse. Cette jeunesse aime s’attacher beaucoup au style musical Gospel. Etant donné que Dieu m’a fait la grâce de pouvoir communiquer sa pensée à travers la musique. Dans cette optique, avec ce nouveau single ‘’Fais descendre’’, je véhicule le message de Dieu au peuple francophone. Lorsque je dis ‘’Fais descendre’’ quoi ? C’est faire descendre la gloire de Dieu. Et le monde francophone a besoin de voir la gloire de Dieu. Avec tout ce qui se passe dans le monde entier. C’est ce message que j’ai reçu de la part de Dieu et il faut le véhiculer.

-Qu’est-ce que vous retenez de ce votre séjour à Abidjan ?

Oh, je retiens de mon séjour à Abidjan, un séjour très positif et ça va même au-delà de mes attentes. Lorsque j’ai présenté ce single au public que ce soit dans les églises et les médias où je suis passée, les réactions des uns et autres m’encouragent et me fortifient beaucoup. Le public est réceptif à touche musicale. Je ne dis pas totalement Gospel, mais une musique chrétienne contemporaine. Je vois un peuple qui s’identifie au message.

-Pensez-vous que le public ivoirien a pu vous adopter aujourd’hui ?

Je ne peux pas dire que le public ivoirien me connaît totalement. Mais il réagit positivement à ce que Mynda Aleeza fait. Et je sais que c’est le début d’une grande aventure avec le public ivoirien. Parce que déjà je réserve des surprises plus de titres à l’avenir et pourquoi pas un concert à Abidjan ?

-Pourquoi le choix d’un single et non un album ou un maxi-single comme les précédents ?

Il faut dire que c’est stratégique, parce que ‘’Fais descendre’’ a été enregistré devant un public en live au Palais de la culture de Treichville le 04 décembre 2020. Je prépare un album de 12 titres pour le public.

-Est-ce que le public aura droit à d’autres sonorités que du Gospel, Soul et louange dans votre nouvel album ?

(Elle rit) Oui, il y aura d’autres sonorités dans mon nouvel album. Je ne vais pas laisser le public ivoirien à l’écart. Il y a un titre avec des sonorités de chez nous qui sera sur le nouvel album. Dont la sortie officielle sera communiquée par ma structure de production. Je sais que le public est impatient, mais sachez que c’est pour très bientôt.

-Combien d’albums avez-vous sorti aux Etats-Unis et qui n’ont jamais été distribués en Côte d’Ivoire ?

Bon, il y a eu mon tout premier maxi-single est sorti en 2013 et intitulé ‘’Fix it all’’ (Dieu peut arranger toute situation) dans lequel il y avait 5 titres. Après celui-là, j’ai sorti le single ‘’No one like you’’ (Nul n’est comme toi). J’étais même à Abidjan pour la promotion de single. Ensuite, le single ‘’Yahweh’’ qui a eu tout de suite un succès auprès du public sur Youtube avec plus 1 millions de vue.

-Pourquoi avez-vous laissé tomber une belle carrière prometteuse pour suivre la voie de Dieu ?

C’était une décision mûrement réfléchie. Parce que c’était après de long moment de prières pour vraiment savoir le plan de Dieu pour moi. J’ai fait toutes mes études universitaires jusqu’au Master aux USA. J’ai même eu un bon boulot dans une compagnie aérienne aux USA. Et choisir la musique était pesante pour moi et il fallait que je sois sûre. Aujourd’hui, je ne regrette pas mon choix. C’est avec joie et beaucoup de bonheur. Je me sens vraiment accomplie en tant qu’artiste Gospel. C’est le plan et le chemin de Dieu pour ma vie.

-Parlons de votre vie privée : Comment avez-vous rencontré votre époux ?

J’ai rencontré mon mari aux USA dans le cadre de ses études universitaires.

-Qu’est-ce qui a marqué votre mari ?

Bon, mon mari est mieux placé pour répondre à cette question. Mais je tâcherai de faire l’effort de donner une réponse. Selon, je suis une femme qui prie beaucoup et qui a la crainte de Dieu.

-De votre côté, quel est ce qui vous a attiré chez lui ?

(Elle rit) C’est la même chose. C’est un homme qui a grandi dans une famille chrétienne. Et ses parents sont des anciens de l’église des Assemblées de Dieu. Mais ce qui m’a marqué surtout, c’est sa maturité spirituelle et ses décisions par rapport aux challenges de la vie. Mon mari est un homme qui sait ce qu’il veut et il a la tête sur les épaules.

-Quel genre de maman êtes-vous avec vos trois garçons ?

Oh, je suis à la fois maman poule et dure avec mes enfants. Quelque fois, je suis leur confidente et ils sont beaucoup attachés à moi.

-Et si l’un de vos enfants décide de faire comme vous dans le futur ?

Je ne vais pas m’opposer. Mais je vais lui demander si c’est vraiment le plan de Dieu pour sa vie. Et si c’est le cas, il aura toute ma bénédiction pour l’accompagner dans sa nouvelle mission.

Patrick Bouyé

Continue Reading
CLiquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *