Connect with us

Musique

Jah Light se positionne avec ‘’Almighty Zion Keepers’’

Publié il y a

on

Temps de lecture : 3 minutes

Abidjan n’est pas la 3ème capitale mondiale du Reggae pour rien. Parce que beaucoup de talents de la musique de Jah regorgent sur les bords de la lagune Ebrié. L’artiste ivoirien Basile Valentin Okon alias Jah Light a très tôt été mordu par la fibre musicale. En plus, il fait partie également des nombreux reggaemakers qui ont rejoint le mouvement il y a quelques années de cela.

Dans les années 2000, le jeune Jah Light à la boulimie musicale. Aucunes formations musicales Reggae ne lui échappent dans le District d’Abidjan. Très vite, en 2001, il intègre le groupe Reggae Jam où sa voix est plus qu’appréciée par les nombreux amateurs de la musique de Jah. Pour l’amour de cette musique, il met fin à ses études à l’INSAAC et les pays de la sous-région comme le Burkina-Faso et le Bénin tombent sous son charme vocal.

Rapidement, la méga-star du Reggae Alpha Blondy le sollicite pour une collaboration en 2011 sur la chanson ‘’Herb’’. Ensuite, le groupe Reggae le plus en vue à Abidjan Les Vieux Môgôs l’enrôlent pour travailler avec lui sur le titre ‘’I’m Dread’’. Jah Light s’affirme au fur et à mesure jusqu’à ce qu’il devient le chanteur principal du Parker Place en Zone 4 de 2007 à 2020. Mais surtout, l’artiste devient incontournable par les reprises magistrales des chansons de la légende du Reggae Bob Marley.

Par ailleurs, avec l’aboutissement d’une belle carrière de 20 ans, Jah Light décide à présent de montrer son talent au grand public. En plein confinement dû à la pandémie du Coronavirus en mars en Côte d’Ivoire, il entre en studio pour enregistrer son tout premier album. ‘’C’est Jah qui inspire, c’est Jah qui donne. Il a plu à Jah de faire de cette période de confinement mondial un temps propice à mon émancipation personnelle’’, dit-il.

Aujourd’hui, la nouvelle production de Jah Light sera dans les bacs à CD le vendredi 09 avril prochain suivie de la présentation-dédicace à la FNAC à Cap Sud à Marcory autour de 16h. Cet album de 13 titres dont 3 remix porte la griffe ‘’Almighty Zion Keepers’’, chanté en français, anglais et Malinké. Pour bien faire les choses, il a bénéficié de l’expérience de Georges Kouakou, Serge Assouan et Christian Konutse. Produit par AZK Productions, la nouvelle œuvre musicale de Jah Light a été enregistrée à Abidjan et aux USA.

Les nombreux amoureux du Reggae pourront véritablement apprécier des chansons comme ‘’Who Can Save ?’’ en featuring avec le jamaïcain Don Carlos, ‘’Corona Can’t Stop Reggae’’ en featuring avec General Dimitri et Ras Kalif, ‘’Politique Vampire’’, ‘’Babylon Burn’’ et ‘’Touche Pas Mes Dreadlocks’’. Ainsi, Jah Light va offrir un concert-live à ses fans avec l’orchestre Kingston Gangstar le samedi 10 avril prochain à Assinie à Badro Beach à partir de 15h. Ce jour de ce grand jamboree, il aura également les prestations de Kalujah, Empress Ruben, General Dimitri et Ras Kalif.

Patrick Bouyé

Continue Reading
CLiquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *